Telenet.be
 
 
 
 

Proposition d'investissement

 
 

Raisons d'investir

Raisons d'investir

Show All
Infrastructure de réseau convergente de pointe HFC et 4G+, sous-tendue par une stratégie d'investissement ciblée et équilibrée

Notre réseau câblé hybride coaxial à fibre (« HFC ») s'étend sur la région flamande, couvre environ 61 % de la Belgique par habitations desservies et inclut les centres métropolitains d’Anvers et Gand ainsi qu’approximativement les deux tiers de Bruxelles suite à l’acquisition de SFR Belux, le 19 juin 2017. Notre réseau câblé (le « réseau combiné ») est constitué d'une ossature en fibre dense avec des connexions en boucle locales composées d’un câble coaxial avec un spectre utilisé jusqu’à 1.2 GHz, alimenté par la technologie EuroDocsis 3.0 et 3.1 avec des vitesses des données en aval jusqu'à 1 Gbps dans l’ensemble de l’empreinte. Nous possédons les deux tiers du réseau câblé en Flandre et à Bruxelles, tandis que nous exploitons le tiers restant par le biais d’un bail à long terme avec Fluvius jusqu’en 2046.

Notre réseau mobile est constitué de 3.200 sites macro qui couvrent l’ensemble de la Belgique. Nous avons investi environ 250 millions € depuis l’acquisition du troisième plus grand opérateur de téléphonie mobile, BASE, en 2016 pour moderniser les sites existants. En outre, jusqu’à 1.000 sites relais supplémentaires auront été construits d’ici fin 2020. Cela positionne notre réseau mobile comme l’un des plus performants selon les données BIPT d’octobre 2019, avec des vitesses moyennes de téléchargement et de chargement supérieures à 70 Mbps et à 25 Mbps respectivement. Nous avons également lancé avec succès les nouveaux services Voice-over-WiFi et Voice-over-LTE, améliorant ainsi la couverture à l’intérieur et offrant un son de qualité HD.

Une capacité éprouvée à mener l’ARPU à travers une valeur de marque forte et une croissance dirigée par le FMC

L’ARPU par relation client, qui exclut nos revenus de téléphonie mobile et certains autres types de revenus, est l’une de nos principales statistiques d’exploitation lorsque nous cherchons à obtenir une part plus importante des dépenses en télécommunications et en divertissements de nos clients. Pour les neuf mois ayant pris fin au 30 septembre 2020, l’ARPU mensuel par relation client a atteint 58,30 €, ce qui représente une saine augmentation de 2 % par rapport à 9M en 2019. La croissance de l’ARPU par relation client a été sous-tendue par une part plus élevée d’abonnés multiples dans notre mélange global de clients et une part plus importante d’abonnés à plus large bande dans notre mélange.

Sur les neuf premiers mois de 2020, nous avons attiré 73.900 abonnés FMC nets, ce qui souligne à nouveau le potentiel de croissance de nos offres de téléphone fixe-mobile entièrement intégrées. Cela amène le taux de convergence total à 32 %, soit une augmentation de 250 points de base d'une année à l’autre. Début août 2020, nous avons lancé « YUGO Connect » et « YUGO All-in », doublant ainsi le nombre de lots disponibles dans l'écosystème YUGO. « YUGO Connect » et « YUGO All-in » incluent tous deux une connexion Internet fixe ultra rapide à 300 Mbps, jusqu’à 30 Go de données mobiles à partager sur un maximum de 2 cartes SIM et 300 minutes mobiles avec notre offre de divertissement premium « Play » intégrée à « YUGO Connect ». Le 30 septembre 2020, notre base de clients FMC, qui inclut nos clients « WIGO », « YUGO » et « KLIK » (B2B), a atteint un total de 621.300 clients, représentant une hausse de 22 % d’une année à l’autre.

Un contrôle des coûts maîtrisé et une focalisation permanente sur la génération de leviers d’exploitation par la transformation numérique

Nos frais d’exploitation, qui incluent nos (i) frais d’exploitation du réseau, (ii) frais directs, (iii) frais liés au personnel, (iv) frais de vente et de marketing, (v) main d'œuvre et services professionnels sous-traités et (vi) les autres frais indirects, ont diminué de près de 2 % sur une base rapportée pour les neuf mois ayant pris fin le 30 septembre 2020, malgré les impacts inorganiques des acquisitions de De Vijver Media (entièrement consolidées en juin 2019) et la cession de notre activité de câble au Luxembourg à Eltrona, dans laquelle nous détenons actuellement une part de 50 % moins 1 action (déconsolidée en avril 2020) et les modifications du résultat comptable IFRS de certains frais liés au contenu pour nos forfaits de divertissement premium et les droits de diffusion du football belge en raison des modifications liées aux contrats sous-jacents.

Sur une base remaniée, nos frais d’exploitation de 9M en 2020 ont diminué de 5 % par rapport à la même période l’année passée. C’est le résultat d'un contrôle étroit et permanent des coûts et de notre focalisation sur la transformation numérique, dont nous constatons clairement l’accélération aujourd’hui en raison de l'impact de la pandémie de COVID-19. Le trafic moyen en téléversement (upload) sur notre réseau fixe Gigabit HFC a augmenté de 40 % en moyenne par rapport à la situation avant le COVID. Nous constatons également une augmentation considérable du nombre d'interactions numériques avec nos clients et de la part des ventes en ligne et des auto-installations.

En conséquence, nous avons généré un EBITDA ajusté de 1.041,1 million € pour les neuf premiers mois de 2020, jusqu’à 2 % d’une année sur l’autre sur base rapportée. En dehors des effets inorganiques susmentionnés, notre EBITDA ajusté a modestement augmenté de moins de 1 % cumulativement pour l’année en raison de dépenses plus faibles pour les ventes et le marketing en conséquence de la pandémie de COVID-19 et d'un contrôle continu et étroit, comme mentionné précédemment. Nous avons atteint une marge saine d’EBITDA ajusté de 54,5 % sur les neuf premiers mois, ce qui représente une augmentation de 150 points de base par rapport à la même période l’année dernière.

Viser une croissance rentable et durable de 6,5-8,0 % OFCF CAGR 2018-2021
Au cours de ces dernières années, nous avons démontré notre capacité à convertir un chiffre d’affaires stable et bien équilibré en EBITDA ajusté solide et en croissance du flux de trésorerie ajusté. Nous avons pour objectif d’offrir une croissance rentable et durable sur la période allant de 2018 à 2021, en ciblant un flux de trésorerie opérationnel CAGR de 6,5 à 8,0 % sur la période allant de 2018 à 2021. Notre perspective exclut la reconnaissance des droits de diffusion du football capitalisés et les licences du spectre mobile et elle exclut l’impact de l’IFRS 16 sur nos dépenses en immobilisations échues. La saine croissance de notre flux de trésorerie opérationnel devrait entraîner une croissance soutenue du flux de trésorerie ajusté sur la période.
De solides disponibilités de trésorerie et un profil d'échéance des emprunts à long terme de 7,8 ans

Au 30 septembre 2020, nous présentions un bilan de l’endettement total (y compris intérêts courus) de 5.483,0 millions €, dont 1.393,1 millions € de montant principal est associé aux Billets Garantis de Premier Rang à Taux Fixe dont l'échéance est prévue en mars 2028 et 3.067,9 millions € de montant principal est dû dans le cadre de notre Facilité de Crédit de Premier Rang Amendée en 2020 avec des échéances allant d’avril 2028 à avril 2029. Notre bilan total de l’endettement au 30 septembre 2020 incluait également un montant principal de 340,3 millions € lié à notre programme de financement du vendeur et 4,0 millions € pour la part à échoir des licences du spectre mobile 2G et 3G. Le reste représente essentiellement les obligations locatives associées à l’acquisition d’Interkabel ainsi que les dettes locatives suite à l’adoption de l’IFRS 16 à dater du 1er janvier 2019.

En dehors des dettes à court terme liées à notre programme de financement du vendeur, nous ne faisons face à aucune échéance de dette avant mars 2028, avec une échéance moyenne pondérée de 7,8 ans au 30 septembre 2020. En outre, nous avons également eu un accès total à 555,0 millions € d’engagements non utilisés dans le cadre de nos facilités de crédit renouvelables au 30 septembre 2020, avec certaines disponibilités jusqu’en mai 2026.

Engagement à atteindre une valeur actionnariale attrayante en 2020 et au-delà, que permet une conversion solide du flux de trésorerie ajusté

Compte tenu de la solide conversion du flux de trésorerie ajusté sous-jacent et la saine perspective du flux de trésorerie opérationnel pour FY 2020 et la période de 3 ans allant de 2018 à 2021, le conseil d’administration a décidé de consolider la politique de rémunération des actionnaires existante. Notre nouvelle politique vise à atteindre un équilibre entre des distributions attrayantes aux actionnaires d'une part, tout en préservant le caractère optionnel des opportunités de M&A à création de valeur à l’avenir d’autre part. Si l’objectif de multiplier par 4 le levier total net a été réaffirmé en l’absence de toute acquisition de matériel et/ou de changements notoires dans notre activité ou notre environnement réglementaire, le conseil d’administration a introduit un plancher de dividendes de 2,75 € par action (brute) à l’avenir. Ce plancher des dividendes ne présume aucun changement notoire dans notre activité ou l’environnement réglementaire et il remplace le ratio de distribution précédemment communiqué de 50-70 %. Ainsi, le conseil d’administration souhaite engager une part plus importante du flux de trésorerie ajusté dans les dividendes récurrents. Le reste de notre flux de trésorerie ajusté peut toujours être pris en considération pour des acquisitions relutives, des dividendes extraordinaires, une augmentation de la part des rachats, un désendettement ou une combinaison de ces options.

Le conseil d’administration souhaite proposer un dividende brut total de 2,75 € par action (300,2 millions € au total1), jusqu’à 47 % par rapport au niveau de l’année passée et représentant l’extrémité supérieure de la fourchette susmentionnée de 50-70 %. Le conseil d’administration proposera à l’Assemblée Extraordinaire des Actionnaires de décembre 2020 d’approuver le paiement d’un dividende intermédiaire brut2 de 1,375 € par action (150,1 millions € au total1). Si et en cas d’approbation, le dividende intermédiaire sera payé le 8 décembre 2020 avec les actions Telenet négociées ex-dividendes sur Euronext Bruxelles au 4 décembre 2020. Le dividende intermédiaire susmentionné est destiné à être payé en plus d’un dividende brut de 1,375 € par action soumis à l’approbation du conseil d’administration et de l’actionnaire à la prochaine AGM et supposant l’absence de changement notoire dans notre activité ou l’environnement réglementaire. Si et quand il aura été approuvé, ce dernier dividende serait alors payé début mai de l’année prochaine.

1Sur la base de 109.153.814 actions donnant droit à dividende à la date de cette publication
2Les montants pouvant être distribués pour le dividende intermédiaire en décembre 2020 ont été déterminés sur la base des états financiers de 2019 conformément à la loi belge.